Rester calme durant un rendez-vous chez le docteur, grâce à un Temps Particulier

Mon fils âgé de deux ans et demi a souffert de plusieurs problèmes de santé nécessitant des visites chez le médecin et au cabinet du médecin, il ne tenait pas en place. Il était nerveux, apeuré et gémissant. C’était très compliqué d’écouter les informations dont j’avais besoin de la part du médecin car mon fils était très difficile à gérer.

Un jour, nous avions un rendez-vous important avec un nouveau docteur. J’avais plusieurs questions et je savais que j’allais devoir lui raconter l’historique médical de mon fils de façon complète. Je me sentais assez nerveuse à propos de la façon dont il allait se comporter durant cette longue visite. J’ai donc décidé de lui offrir un Temps Particulier de trente minutes, une heure avant la visite chez le docteur, pour essayer de l’aider à tenir le temps du rendez-vous.

J’ai démarré le minuteur et je lui ai dit que nous pouvions faire ce qu’il voulait. Il attrapa deux animaux en peluche et dit, « Jouons avec ces deux là, que devrions nous faire avec ? » Je lui demandai s’il voulait faire semblant que le kangourou était le Dr. Jane et qu’elle allait examiner l’ours en peluche. Il se montra très réceptif donc je m’appliquai à effectuer un examen complet avec les deux jouets. Mon fils regarda avec curiosité et attention, puis il dit, « Recommence ». Il attrapa un animal en peluche différent et me fit refaire entièrement l’examen médical.

Après la quatrième fois, je lui demandai s’il voulait trouver un autre animal à examiner et il dit, « Non », et se mit à errer parmi sa pile de jouets. Il me regarda avec un air malicieux et dit, « Tu sais ce que je pense que nous devrions faire maintenant, Maman ? » Je dis, « Quoi ? » Et il dit… « Je pense que nous devrions tuer Dr. Jane ». Je répondis avec enthousiasme, « Ca m’a l’air d’une excellente idée ! » Je vis une transformation immédiate dans tout son corps. Un énorme sourire anima son visage. Il se sentit plus fier. Sa poitrine se gonfla. Ses mouvements étaient forts. Sa voix était puissante. Il s’exclama, « Oui, oui, c’est ce que nous devrions faire ; nous devrions la tuer ! Tuons la tout de suite ! » Lorsque je lui demandai comment nous devrions la tuer, il répondit joyeusement, « Avec le presse-purée ! »

Il couru à la cuisine pour le prendre. Mon mari était là et mon fils annonça, « Papa, nous tuons Docteur Jane ! Oui, c’est ce que nous sommes en train de faire, avec le presse-purée ! » J’étais tellement excitée de voir mon fils agir avec puissance – un énorme contraste par rapport à la posture effrayée et paniquée qu’il prenait durant toutes les autres visites chez le docteur. Heureusement, mon mari décida de ne pas décourager ou interrompre notre jeu.

Pendant les quinze minutes suivantes, mon fils écrasa le docteur à mort plusieurs fois. Après chaque mort par écrasement, il s’adressa à moi avec assurance pour l’aider à la déchirer en morceaux. Il sortit une casserole pour faire cuire tous les morceaux et nous fîmes semblant de la manger. Avec une voix puissante et énergique, il dit, « Nous sommes en train de le faire ! Nous sommes en train d’écraser Docteur Jane ! Oui, nous sommes en train de la cuisiner ! Et maintenant nous sommes en train de la manger ! » Lorsque le minuteur sonna la fin du Temps Particulier, mon fils accepta de conclure l’activité, il la cuisina et la mangea une fois de plus, puis il fut prêt pour son vrai déjeuner. Nous avons mangé calmement et nous nous sommes préparés pour partir.

Je pris le kangourou en peluche qui avait été le « docteur » avec nous. Je l’entendis dire au kangourou qu’il l’avait tuée et qu’elle n’était plus le docteur. Puis il ajouta, « Tu sais Maman, ce n’est pas vraiment Docteur Jane. C’est juste un kangourou en peluche. » Je dis, « Oh oui, c’est vrai » et je souris.

Au cabinet du docteur, pour la première fois de sa vie, mon fils se montra complètement calme pendant une heure entière – pas d’agitation, pas de gémissements et pas d’interruption tandis que je parlai avec le docteur. Il joua calmement avec les jouets qu’elle avait là. Il était manifestement conscient de nos échanges car il posa quelques questions poliment lorsqu’il nous entendit parler de son régime. Du fait de son calme durant cette première heure, j’obtins facilement les informations dont j’avais besoin de la part du docteur.

Et ensuite, pendant l’examen, il se montra complètement calme et joyeux, aussi. En fait, il sourit au docteur et discuta avec elle.

C’était une transformation tellement extraordinaire, et ça a duré tout le long de la visite ! Je me sentais tellement fière de lui et fière de nous deux. Suivre son enthousiasme et encourager son pouvoir de tuer et de manger le docteur en jouet lui avait permis de travailler sur les peurs et les sentiments d’impuissance qu’il avait portés jusqu’ici par rapport aux visites chez le docteur en général. Il savait ce dont il avait besoin pour les surmonter et utilisa son temps de jeu pour se donner confiance de façon à pouvoir se détendre lors de la visite chez le docteur.

Une anecdote illustrant un outil d’écoute nommé Temps Particulier, racontée par une maman basée au Colorado, aux Etats-Unis. Extrait du livre Listen : Five Simple Tools to Meet Your Everyday Parenting Challenges de Patty Wipfler et Tosha Schore. Traduit de l’anglais par Chloé Saint Guilhem